L'histoire en 3 clics

L'histoire en 3 clics

Bienvenue

Voyagez à travers les époques et laissez-vous emporter par ces civilisations qui vous tendent la main.

La lait de vache chez Homo Sapiens

Vie pratiquePosted by Morrigane 31 Aug, 2010 10:11:36
Alors qu’Homo Sapiens est connu comme un chasseur-cueilleur, on peut affirmer que 10.000 ans avant notre ère il commence peu à peu à domestiquer les animaux qui l’entourent pour devenir un agriculteur sédentaire.

C’est vers 9000 av JC, au Moyen-Orient que l’on peut affirmer sa sédentarité grâce à des tablettes cunéiformes.
Mais hormis les nouveautés extraordinaires telles que l’invention d’outils (la hache, la houe, la pioche,…) ainsi que les maitrises de cultures céréalières (blé, orge, fève,…) il domestique moutons, chèvres, cochons et bovidés.

Comme nous avons tendance à croire que ces hommes connaissaient le lait et le fromage grâce à la chèvre, j’ai eu envie de vous montrer que le lait de vache était également connu, prisé et maitrisé de ces hommes du Néolithique.

Il me faudrait une étude plus approfondie pour vous donner de multiples arguments mais 2 preuves me viennent à l’esprit.

Premièrement, des nombreuses tablettes cunéiformes aux environs de 2500 av. JC nous apprennent qu’il existait dans les différentes régions de Mésopotamie des laiteries bovines.

Deuxièmement, on a retrouvé à divers endroits du globe des dessins rupestres montrant bel et bien l’existence de vaches bicolores telles que celles que nous connaissons (bien qu’il s’agisse d’espèces différentes). Et certains dessins montrent clairement la domestication de celles-ci.

« Vache bicolore à grandes cornes », abri orné d’Uweinat, Egypte / Entre 8000 et 3000 av. JC.


Traite de la vache et vélage. Tombe de Métchétchi (Ancien Empire – 2000 av. JC), Louvre.


Alors oui, vous me direz que c’est maigre comme preuve mais pour moi c’est suffisant pour se pencher sur le sujet et reconnaitre que la chèvre n’est pas la seule à avoir permis à nos lointains ancêtres de découvrir le lait et ses dérivés.

A ce propos, les premiers fromages sont plutôt des faisselles (lait caillé) et non des pâtes molles. Des pots pour les préparations et conservations prouvent qu’il s’agissait d’une volonté de cailler le lait, plutôt que d’une erreur ou d’un oubli. On en buvait froid ou chaud mais les conservations n’étant pas maitrisées, on ne pouvait pas le garder très longtemps et on devait donc consommer le lait frais rapidement.
Le beurre, les yaourts et la crème seront bien vite inventé, également.

Et si l’envie vous venait, malgré tout, d’hésiter sur ces preuves, dites-vous que des études scientifiques exécutées sur la dentition d’Homo Sapiens prouvent la consommation de lait, beurre, crème et yaourt.
Pour preuve, un nouveau fardeau prend vie : la carie !
Cette petite chose bien connu des enfants s’ils mangent trop de sucre.
Mais, quel rapport avec le lait me direz-vous ? Et bien le lait est riche en lactose, qui, lui-même est chargé de sucre…
Avant l’introduction de lait dans l’alimentation, les dentitions ne montrent pas de traces de caries. Et hop, le tour est joué.


SOURCE
Magazine Historia, hors-série déc. 2009 "La cuisine gourmande d'autrefois"