L'histoire en 3 clics

L'histoire en 3 clics

Bienvenue

Voyagez à travers les époques et laissez-vous emporter par ces civilisations qui vous tendent la main.

Ustensiles médiévaux (part I) : oule et coquemar

Vie pratiquePosted by Morrigane 29 Nov, 2010 09:32:30
Il me prend l’envie de vous parler ustensiles de cuisine médiévale.
Ainsi, je me suis mise en tête de vous montrer que certaines choses ont disparu tandis que d’autres n’ont pas beaucoup changé.

Pour débuter ma petite leçon, je me lance dans 2 ustensiles de cuisson; l’oule et le coquemar.

--- L’oule ---

L’oule est à la base un pot, sans anse, que l’on accrochait au-dessus de la cheminée ou plaçait devant l’âtre dans le but d’y faire cuire les aliments.
De nos jours, sur les événements médiévaux que je fréquente, l’oule refait son apparition, permettant ainsi aux chaudrons de fonte de disparaitre peu à peu.
Mais, n’ayant pas de cheminée à disposition durant nos week-ends, nous plaçons les oules directement dans les braises.

Voici un exemple.
Habituellement il n’y a pas de plaque en-dessous du feu mais là, le test était fait dans un jardin.

Matériel des Sentinelles du Bilad al Sham
En plus d’être un pot à cuire, l’oule pouvait servir de pot de stockage. Et puisque le bouchon de liège n’était pas encore d’actualité, on en fermait l’ouverture par un tissu ou un couvercle de terre cuite.

--- Le coquemar ---

Le coquemar est pratiquement identique à son frangin, mis à part qu’il a une anse.
Apparu dans les environs du XIIè siècle il n’est que peu employé mais le sera fortement au XIIIè. L’oule quittera alors les âtres pour ne servir que de pot de stockage.

Plus pratique grâce à son anse, on verra apparaitre des transformations au niveau du design du coquemar dès la fin XIVè.
Au XVè siècle, celui-ci sera doté d’un bec verseur et son petit frère (petit coquemard) devient un élément de cuisine à part entière.

L’intérieur du pot est également glaçuré et l’extérieur l’est souvent partiellement. Ceci, probablement, pour un souci d’entretien.
Évolution du coquemard :
Reproduction du XIIIè par « Les Ateliers du Leguer » et coquemard XVIè trouvé lors de fouilles – France

Tout comme l’oule, le coquemar est placé au bord du foyer ou dans les braises.
C’est également le cas du petit coquemar, cité plus haut et qui, lui, est employé pour faire bouillir les liquides. Ainsi, le petit coquemard est l’ancêtre des bouilloires.

Caen, XIIIè-XVès
Si vous vous demandez pourquoi l’ancêtre de nos marmites à un nom si éloigné de cette dernière, c’est qu’il provient du latin « coquere » signifiant « cuire ».


Prochaine étape : poêlon et lèchefrite :)


Source 1 - source 2